• Artur

À l'école des vedettes (1960)

Mis à jour : janv 19

Qu'il est étrange d'observer le décor de l'émission "L'école des vedettes" du 18 avril 1960 ! On peut y voir des oiseaux blancs pris dans des filets alors que d'autres semblent prêts à s'envoler vers leur destin. Message subliminal adressé au jeune Johnny foulant la scène de cette émission devenue aujourd’hui mythique ? Son air détaché laisse entendre que rien ne pourra l'arrêter. Le destin sera de son côté.


Le 14 mars 1960 paraît le premier 45 tours "T'aimer follement" sur le label Vogue. Le 18 avril Johnny fait sa première apparition télé à "L'école des vedettes", de façon inopinée : ce jour-là, Line Renaud devait parrainer un jeune danseur, mais celui-ci tombe malade et annule sa participation à l’émission au dernier moment. Aimée Mortimer appelle alors le directeur artistique des disques Vogue pour lui trouver un remplaçant. Ce dernier lui envoie Johnny Hallyday. Le public le découvrira lors d'une interview au cours de laquelle sa marraine, Line Renaud, se moquera gentiment de la timidité de son jeune poulain sous le regard amusé d'Aimée Mortimer. Cet échange mi-figue mi-raisin se verra balayé par une prestation scénique qui fera date : interprétant son nouveau tube "Laisse-les filles", Johnny se mets à genou, guitare à la main, et se roule par terre.

Le 3 juin sort le deuxième 45T, "Souvenirs, souvenirs" qui deviendra l'hymne de toute une génération et qui rencontrera un très beau succès commercial, avec XXXX exemplaires vendus comme nous l'explique Daniel Lesueur : " Souvenirs, souvenirs est, non seulement, un titre majeur de Johnny, mais reconnu aujourd'hui comme étant l'hymne français des années soixante [...]. Avec Souvenirs, souvenirs, Johnny a véritablement gagné ses galons de star. Cette chanson lui colle totalement à la peau et [...] Souvenirs, souvenirs va devenir, ne serait-ce que par son thème, la chanson-phare, la chanson-clin d'œil, la chanson référence de toute une génération. Impossible de dénombrer les émissions de radios, de télés, les rubriques de magazines, [...], qui furent affublés du titre Souvenirs, souvenirs. [...] À tel point que la France s'est véritablement appropriée la chanson " (V. L'argus Johnny Hallyday discographie mondiale et cotations, 2003, Éditions Alternatives, p. 27 et 28).

Le 20 septembre, "vedette anglaise" (troisième numéro de la première partie), Johnny entame une série de concerts à l'Alhambra, en première partie de Raymond Devos. Le soir de la première, un Johnny survolté divise frontalement la salle de spectacle : les adultes du parterre crient au scandale. Pendant ce même temps, les gamins des balcons en redemandent et hurlent de plaisir. A l'issue de la représentation, Raymond Devos, soucieux de protéger un artiste dont il sent le talent, menace de quitter l’Alhambra si son directeur limoge Johnny. Maurice Chevalier viendra féliciter Johnny dans sa loge sans se douter le moindre du monde que ce ne sera pas là juste un coup d'essai. Très vite, les médias s'en mêlent : Claude Sarraute avoue, dans Le Monde, avoir pris "le plaisir fait d’étonnement et d’intérêt mêlés que procure une visite aux chimpanzés du zoo de Vincennes".


Le 31 octobre paraît chez Vogue le premier 25 cm ("Long Play - LP) "Hello Johnny !" dont le titre phare sera "Itsy bitsy petit bikini".

3 vues

© Hallyday History 2020 | Equipe | Remerciements | Contact |

Les textes et articles de ce site sont protégés par le droit d'auteur.

Mentions légales & Crédits |

  • Twitter